Quel est le meilleur isolant thermique pour plafond ?

Un espace de vie intérieur lumineux et confortable est mis en valeur, souligné par la lumière naturelle provenant du puits de lumière et des fenêtres, ce qui en fait une zone accueillante et confortable. La fenêtre de toit Velux ajoute une touche de lumière naturelle à l’intérieur de la maison.
Vous voulez améliorer le confort de votre maison tout en réduisant votre facture de chauffage ? L'isolation thermique des plafonds est une solution incontournable pour rendre votre maison plus chaude en hiver et plus fraîche en été. Quel est le meilleur isolant thermique pour plafond ? Caractéristiques essentielles, avantages et inconvénients, coûts : cet article vous éclaire dans la jungle des options disponibles.
Points clés
  1. Comparaison des performances

Comprenez la conductivité et la résistance thermique pour identifier l'isolant le plus efficace.

  2. Réalisez des économies d'énergie

Réduisez vos factures grâce à une isolation de plafond qui maintient votre maison confortable toute l'année.

  3. Installation et entretien

Conseils pratiques pour une mise en place optimale et un entretien minimal de votre isolation de plafond.

Pourquoi le plafond ? Une zone stratégique pour l'isolation

Les plafonds jouent un rôle stratégique dans l'isolation d'une habitation pour au moins 7 raisons liées à la physique du bâtiment et à l'efficacité énergétique :

  1. Prévention des pertes de chaleur : la raison principale de choisir un isolant thermique efficace pour le plafond réside dans sa capacité à réduire les déperditions énergétiques. En hiver, sans une isolation adéquate, la chaleur générée à l'intérieur s'échappe par le plafond et la toiture et entraîne une surconsommation de chauffage.
  2. Confort thermique : isoler un plafond aide à maintenir une température intérieure stable en limitant les transferts thermiques entre intérieur et extérieur. Cela contribue à un meilleur confort thermique tout au long de l'année, en gardant les espaces de vie plus frais en été et plus chauds en hiver.
  3. Réduction des coûts énergétiques : dans la majorité des cas, l'isolation des plafonds peut réduire les besoins en chauffage et en climatisation et permettre de réaliser de bonnes économies sur la facture d'énergie.
  4. Protection contre l'humidité et la condensation : une bonne isolation du plafond aide à prévenir la formation de condensation et l'accumulation d'humidité. Elle protège la structure du bâtiment contre les dégâts liés à l'eau et contribue à une meilleure qualité de l'air intérieur.
  5. Amélioration de l'isolation acoustique : isoler un plafond réduit la transmission des bruits aériens entre les étages ou depuis l'extérieur. Un atout important dans les zones urbaines bruyantes ou les bâtiments à plusieurs étages.
  6. Durabilité du bâtiment : régulation de la température intérieure et prévention des problèmes d'humidité minimisent les risques de dégradations prématurées. Une isolation efficace du plafond contribue à la longévité et à la durabilité de la structure du bâtiment.
  7. Contribution à la protection de l'environnement : en réduisant la consommation énergétique pour le chauffage et la climatisation, isoler un plafond contribue à diminuer les émissions de gaz à effet de serre et participe aux efforts de lutte contre le réchauffement climatique.

La clé de la performance énergétique : comprendre la déperdition thermique

La déperdition thermique est la perte de chaleur que subit votre maison à travers ses éléments structurels : le toit, les murs, les combles, les plafonds, les fenêtres et les portes sont les zones critiques où la chaleur s'échappe le plus souvent.

Cette perte est le principal facteur de consommation excessive d'énergie pour le chauffage.

Identifier ces zones de déperditions est la première étape vers une rénovation énergétique réussie.

Pour tout comprendre sur la déperdition thermique, lisez notre article : Déperdition thermique : quelles causes, quelles solutions ?

Quel est le meilleur isolant thermique plafond ?

Ce tableau comparatif vous guide à travers le labyrinthe des options, en se basant sur des critères de conductivité thermique (λ), de résistance thermique (R), d'épaisseur, de facilité d'installation, de durabilité et de coût.

Isolants
Exemples d’isolants
Pose et utilisation
Avantages
Inconvénients
Isolants synthétiques
  • Polystyrène
  • Polyuréthane
Panneaux isolants pour polystyrène, injection pour polyuréthane (sol, murs, toiture/combles)
  • Excellente performance thermique à un coût abordable
  • Coût faible
  • Pose facile
  • Résistant à l’humidité 
  • Durée de vie importante 
  • Faible épaisseur 
  • Légèreté 
  • Limite la respiration des parois
  • Non-renouvelable 
  • Contient des polluants
  • Non-recyclable
  • Consommation énergétique élevée à la production 
Isolants minéraux
  • Laine de verre
  • Laine de roche
  • Perlite expansée
  • Verre cellulaire
Panneaux, rouleaux, blocs, projections (toitures terrasses, murs, toiture, combles, planchers)
  • Efficacité thermique et isolation phonique
  • Moins de produits chimiques
  • Petits prix
  • S’adapte à tous types de travaux
  • Imputrescible Résistant au feu
  • Bonne résistance au froid
  • Potentiellement irritant Moins de produits chimiques
  • Difficilement recyclable
  • Qualités isolantes qui diminuent avec le temps
  • Craint l’eau
Matériaux naturels
  • Ouate de cellulose
  • Liège
  • Fibre de bois / Laine de bois 
  • Laine de lin 
  • Laine de chanvre 
  • Laine de mouton 
  • Fibres de textiles recyclés 
Vrac, panneau, rouleau (murs, toiture, combles, sol/plancher)
  • Performance thermique et isolation phonique 
  • Matériaux renouvelables et réutilisables 
  • Pas d’effet négatif sur la santé 
  • Maison plus « verte »
  • Installation facile et rapide 
  • Coût élevé
  • Nécessite des traitements contre le feu ou l’humidité

Les 3 grands critères de sélection d'un isolant

Choisir le bon isolant nécessite de considérer ces 3 critères fondamentaux :

Critère n°1 : la conductivité thermique (λ)

La conductivité thermique, dite « λ » ou « lambda », indique la capacité d'un matériau à transmettre la chaleur. Un indice de conductivité thermique bas signifie une meilleure performance isolante.

L'unité de mesure de la conductivité thermique est le Watt par mètre Kelvin (W/m·K). Elle indique la quantité de chaleur qui passe à travers un matériau par unité de temps.

La conductivité thermique est une propriété intrinsèque du matériau et ne dépend pas de son épaisseur.

Critère n°2 : la résistance thermique (R)

La résistance thermique « R » mesure l'efficacité d'isolation d'un matériau pour une épaisseur spécifique. Une valeur élevée indique une meilleure isolation.

L'unité de mesure de la résistance thermique est le mètre carré Kelvin par Watt (m²·K/W). Elle dépend de l'épaisseur du matériau et de sa conductivité thermique.

La formule pour calculer la résistance thermique est R=λ/e, où :

  • e est l'épaisseur du matériau (en mètres),
  • λ (lambda) est sa conductivité thermique.

Critère n°3 : le déphasage thermique

Le déphasage thermique représente la durée nécessaire pour que la chaleur traverse le matériau. Il indique donc la capacité du matériau à retarder la transmission thermique. Un déphasage élevé signifie que l’isolant retient la chaleur efficacement.

Un isolant au déphasage élevé réduit les fluctuations de température et améliore le confort intérieur. En été, il permet de garder les intérieurs frais plus longtemps, et en hiver, de retenir la chaleur.

Le déphasage thermique est généralement exprimé en heures pour indiquer le temps que met la chaleur pour passer de la surface exposée du matériau à sa surface opposée. Plus ce temps est long, plus l'effet d'inertie thermique est marqué.

Le déphasage thermique d’un matériau dépend de plusieurs facteurs : densité, capacité thermique, épaisseur…

Les matériaux avec une forte densité et une capacité thermique élevée, comme la pierre ou le béton, ont généralement un déphasage thermique supérieur comparé aux matériaux légers et poreux.

Si ces 3 critères sont importants pour assurer une isolation thermique optimale, d'autres facteurs comme la résistance aux parasites, au feu, la facilité d'installation, l'isolation acoustique, et le coût peuvent aussi influencer le choix final.

Isolation thermique : que dit la loi ?

La RE 2020 (Réglementation Environnementale 2020) encadre les travaux d'isolation pour assurer une performance énergétique optimale.

Elle repose sur trois normes principales :

  1. Améliorer la performance énergétique en réduisant la consommation d'énergies non renouvelables,
  2. Diminuer l' impact environnemental en considérant les émissions de gaz à effet de serre sur le cycle de vie du bâtiment,
  3. Améliorer le confort d'été en tenant compte des degrés-heures d'inconfort.

La RE 2020 introduit de nouveaux indicateurs pour une approche plus globale qui inclue l'impact carbone et le confort estival, en plus de l'efficacité énergétique.

Elle souligne l'importance de l'orientation, de l'isolation, et de la ventilation dans la conception des nouvelles constructions.

Combien coûte l’isolation du plafond ?

Que vous envisagiez de rénover une maison ancienne, une maison de campagne ou une maison de 80 m², il est important de prendre en compte plusieurs facteurs pour estimer le coût de l'isolation du plafond.

  • Coût des isolants :
    • Isolants minéraux : 5 € à 12 € par m²
    • Isolants naturels : 20 € à 30 € par m²
  • Types de plafonds et coûts :
    • Plafond suspendu : 35 € à 70 € par m² (matériaux et main-d'œuvre inclus)
    • Plafond tendu : 60 € à 90 € par m²
  • Évaluer le meilleur rapport qualité-prix pour une épaisseur donnée : pour comparer deux matériaux isolants, établissez un critère uniforme qui permet de faire des comparaisons directes entre les coûts des matériaux, indépendamment de leurs propriétés d'isolation ou de leurs prix par unité de volume ou de poids.
    • Par exemple, utilisez une base fixe de 10 mm d'épaisseur par m².

Note : les prix des matériaux et de la main d’œuvre sont donnés à titre indicatif. Seul un devis établi par un professionnel vous donnera une estimation réelle du coût des travaux.

Financer votre projet d'isolation : tour d'horizon des aides

Voici 3 exemples d’aides financières pour 2024 :

TVA à taux réduit

  • Taux de TVA :
    • 10% pour les travaux de rénovation classiques.
    • Réduit à 5,5% pour les travaux d'amélioration de la performance énergétique.
  • Bénéficiaires : propriétaires occupants/bailleurs, syndicats de propriétaires, locataires, occupants à titre gratuit, SCI.
  • Logements éligibles : plus de 2 ans d'achèvement, résidence principale ou secondaire.
  • Travaux éligibles : travaux d’amélioration de la qualité énergétique et travaux induits liés.

MaPrimeRénov’

  • But : finance principalement l'installation de systèmes de chauffage ou d’eau chaude sanitaire décarbonés et complémentairement des travaux d’isolation.
  • Bénéficiaires :
    • Propriétaires occupants
    • Propriétaires bailleurs
    • Usufruitiers
    • Titulaires d’un droit réel conférant l’usage du bien
    • Preneurs d’un bail emphytéotique ou à construction
    • Propriétaires en indivision (avec attestation sur l’honneur)
  • Logements éligibles : occupés à titre de résidence principale, construits depuis au moins 15 ans en Métropole et 2 ans en Outre-mer.
  • Conditions des travaux : installation d’un système de chauffage ou d’eau chaude sanitaire décarboné, avec possibilité d’inclure des travaux d’isolation. DPE ou audit énergétique requis.
  • Démarche : Information sur france-renov.gouv.fr.

MaPrimeRénov’ Parcours Accompagné

  • Objectif : financer une part importante des travaux de rénovation.
  • Bénéficiaires : propriétaires occupants/bailleurs, usufruitiers, titulaires de droits réels.
  • Logements éligibles : en France métropolitaine, construits il y a au moins 15 ans, occupés comme résidence principale pendant au moins 3 ans après demande.
  • Travaux éligibles : gain d’au moins 2 classes énergétiques, incluant deux gestes d’isolation, sans chauffage aux énergies fossiles.

Pour une vision complète des aides et dispositifs gouvernementaux à la rénovation, lisez la suite dans notre dossier : Des aides financières pour rénover sa maison.

Quels espaces isoler ?

Voici 3 espaces sensibles à isoler en priorité dans votre maison :

1. Cave, sous-sol et garage

Sous-sol, cave et garage bénéficient généralement d’une isolation sommaire, voire inexistante. Pourtant, ces zones se refroidissent rapidement, surtout durant l'hiver, et nécessitent une isolation pour éviter l'humidité.

Un plafond de cave favorise l'utilisation de plaques isolantes résistantes à l'humidité (comme le polyisocianurate (PIR), polyuréthane (PUR), polystyrène extrudé (XPS), ou polystyrène expansé (EPS)) au lieu de la laine de verre ou de roche.

Pour les plafonds encombrés par des canalisations, le polyuréthane projeté est idéal pour remplir les interstices.

2. Combles

Près de 30 % de la chaleur s'échappe par un toit mal isolé, selon l’ADEME1.

Isoler le sol du grenier est une bonne option si cet espace sert uniquement de stockage.

Si le grenier est aménagé, il est recommandé d'isoler la toiture, soit de l'intérieur soit de l'extérieur.

L'isolation intérieure d'un toit plat crée un « toit froid », mais cette méthode n'est généralement pas conseillée sauf en cas de contraintes de hauteur.

Bon à savoir : profitez des travaux d’isolation de vos combles pour installer ou remplacer vos anciennes ouvertures par des fenêtres de toit modernes. Celles-ci sont un élément essentiel de l'isolation thermique de votre logement.

Vous voulez savoir quand, comment et pourquoi remplacer votre ancienne fenêtre de toit ?

3. Plafond entre deux étages

Isoler un plafond entre deux étages, ou deux pièces de vie, est délicat car les finitions doivent être parfaites (notamment les jonctions entre les dalles du plafond).

Ces travaux visent à conserver la chaleur et à réduire les nuisances sonores.

Pour isoler du bruit, on peut abaisser le plafond existant avec un plafond autoportant où l'isolant (laine de verre ou de roche, PUR, ouate de cellulose, etc.) est inséré. Alternativement, on peut injecter de la ouate de cellulose dans l'espace entre le sol et le plafond de manière à isoler contre les bruits aériens.

Pour les bruits d'impact, une épaisse couche d'isolant est plus efficace contre ces nuisances.

Note : pour les finitions, certains matériaux isolants peuvent nécessiter une préparation spécifique avant d’appliquer la peinture. Si vous réalisez les peintures vous-même, suivez les recommandations du fabricant pour garantir l'efficacité de l'isolation et l'esthétique de la finition.

Comment isoler un plafond ? Quelle mise en œuvre ?

Il existe deux principaux types de plafonds : les plafonds droits (plats) entre deux étages et les plafonds rampants sous le toit. Selon la configuration et l'espace disponible, au moins deux méthodes sont envisageables pour isoler votre plafond.

1. Isolation avec un faux plafond

La technique standard pour l'isolation intérieure d'un plafond est la mise en place de faux plafonds ou plafonds suspendus.

Cette méthode consiste à placer l'isolant entre le vrai plafond et le nouveau plafond, souvent réalisé en plâtre, bois, lambris, ou terre cuite.

Bien que cette approche réduise la hauteur sous plafond, elle permet d'incorporer un isolant plus épais et d’offrir une meilleure performance.

Le faux plafond offre l'avantage de dissimuler câbles électriques et tuyauteries, tout en apportant une touche esthétique à la pièce selon les matériaux utilisés.

2. Utilisation d'un plafond tendu

Pour les espaces restreints, la technique du plafond tendu, ou plafond collé, est une alternative qui minimise la perte de hauteur sous plafond.

Ce type de plafond implique l'application directe de l'isolant sur le plafond existant, privilégiant les isolants minces composés de multiples couches de matériaux variés.

Bien qu'offrant une isolation thermique et acoustique, les isolants minces sont généralement moins performants que les isolants plus épais.

En résumé, peu importe la méthode choisie, l'efficacité de l'isolation dépend de la qualité de l'installation. Si poser un isolant mince peut sembler plus simple, il est conseillé de faire appel à un professionnel.

Isoler son plafond : quelles sont les bonnes pratiques ?

Pour isoler efficacement votre plafond, suivez ces 5 bonnes pratiques :

1. Choix du matériau

Optez pour des matériaux isolants ayant une bonne résistance thermique (R) adaptée à votre région et à vos besoins spécifiques. Prenez en compte la conductivité thermique (λ) du matériau pour garantir une isolation optimale.

Besoin d'aide pour votre projet de rénovation ? Obtenez une consultationEn savoir plus

2. Épaisseur adéquate

Assurez-vous que l'épaisseur de l'isolant soit suffisante pour atteindre les performances thermiques désirées. Ne sous-estimez pas l'importance de l'épaisseur dans l'efficacité globale de l'isolation.

3. Installation soignée

Une installation méticuleuse est primordiale. Assurez-vous que l'isolant couvre uniformément toute la surface sans laisser d'espaces ou de trous qui pourraient entraîner des fuites thermiques.

4. Traitement des ponts thermiques

Identifiez et traitez tous les ponts thermiques, notamment les jonctions entre les murs et le plafond, pour éviter les pertes de chaleur.

5. Ventilation

Veillez à maintenir une bonne ventilation dans l'espace isolé pour prévenir l'accumulation d'humidité et les problèmes de condensation, qui peuvent réduire l'efficacité de l'isolant et causer des dommages à la structure.

Un espace de vie intérieur lumineux et confortable est mis en valeur, souligné par la lumière naturelle provenant du puits de lumière et des fenêtres, ce qui en fait une zone accueillante et confortable. La fenêtre de toit Velux ajoute une touche de lumière naturelle à l’intérieur de la maison.
Un espace de vie intérieur lumineux et confortable est mis en valeur, souligné par la lumière naturelle provenant du puits de lumière et des fenêtres, ce qui en fait une zone accueillante et confortable. La fenêtre de toit Velux ajoute une touche de lumière naturelle à l’intérieur de la maison.

Pour isoler correctement le plafond, il faut tenir compte du choix et de l'épaisseur des matériaux, en faisant attention aux ponts thermiques.

Isolation du plafond : quelles sont les erreurs à éviter ?

Lors de l’isolation thermique de votre plafond, suivez ces 5 conseils pour éviter les écueils les plus courants :

1. Négliger les ponts thermiques

Un des problèmes les plus courants dans l’isolation du plafond est l'oubli de traiter les ponts thermiques. Les ponts thermiques peuvent grandement réduire l'efficacité de l'isolation.

Utiliser des chevilles et des connecteurs en plastique peut aider à minimiser ce risque.

2. Mauvais choix de matériaux

Éviter l'utilisation de matériaux de qualité inférieure ou non adaptés à l'usage spécifique du plafond. Choisissez les matériaux en fonction de leur performance thermique, de leur durabilité et de leur résistance à l'humidité.

3. Installation incorrecte

Une installation incorrecte ou bâclée peut entraîner des lacunes dans l'isolation de votre plafond et réduire son efficacité.

Faites appel à des professionnels ou suivez des instructions détaillées et précises.

4. Ignorer la ventilation

Ne pas prévoir une ventilation adéquate peut mener à des problèmes d'humidité et de condensation, et compromettre l'isolation et la santé des occupants.

Envisagez d’investir dans différents niveaux de ventilation :

  • Ventilation Mécanique Contrôlée (VMC),
  • VMC double flux si votre maison répond aux critères de Bâtiment Basse Consommation (BBC),
  • Fenêtres de toit,
  • Aération de fenêtres.

5. Oublier le rez-de-chaussée

L'isolation du plafond du rez-de-chaussée joue un rôle important dans le confort thermique de votre maison, en particulier dans les maisons à plusieurs niveaux.

Même si l'isolation des plafonds est cruciale dans les combles ou les étages supérieurs, ne négligez pas l'isolation des plafonds au rez-de-chaussée, surtout si vous avez un sous-sol non chauffé.

Auteur

L'équipe éditoriale VELUX

Publié

mai 1, 2024

Partager

Sources

  1. https://france-renov.gouv.fr/
  2. https://www.ecologie.gouv.fr/reglementation-environnementale-re2020

FAQ : choix et installation des isolants

Qu'est-ce que la résistance thermique (R) et la conductivité thermique (λ) ?

La résistance thermique (R) mesure l'efficacité d'un isolant à limiter le passage de la chaleur : plus elle est élevée, mieux c'est. La conductivité thermique (λ) indique la capacité d'un matériau à transmettre la chaleur : plus elle est basse, plus le matériau isole.

Peut-on économiser sur l'épaisseur de l'isolant ?

Non, l'épaisseur contribue peu au coût total des travaux. Il est important de choisir une épaisseur d'isolant qui limite la consommation de chauffage à 50 k W h/m²/an pour optimiser l'efficacité énergétique.

Est-il possible de réduire l'épaisseur de l'isolant sans perdre en efficacité ?

Oui, mais avec prudence. Utiliser des isolants à faible conductivité thermique (λ) ou des panneaux isolants sous vide peut aider à minimiser la perte d'espace habitable tout en conservant une bonne isolation.

Quelle forme d'isolant choisir : vrac, rouleaux ou panneaux ?

Chaque forme a ses avantages. Les isolants en vrac sont parfaits pour les combles perdus, les rouleaux sont faciles à poser et les panneaux conviennent aux combles aménagés et aux murs.

Quelle densité doit avoir l'isolant ?

Pour la laine minérale, une densité minimale de 30 kg/m³ est recommandée pour éviter l'affaissement. Les isolants végétaux ont une meilleure tenue grâce à leurs fibres longues.

Comment améliorer le confort d'été avec l'isolation ?

Un isolant dense et végétal peut offrir un meilleur confort d'été, mais l'épaisseur et une pose soignée sont primordiales pour tous les types d'isolants.

Comment protéger son isolation des rongeurs ?

Les rongeurs peuvent endommager tous les types d'isolants et réduire leur efficacité.

L'utilisation de grilles de protection est une solution, tout comme choisir des matériaux résistants comme la chènevotte (la chènevotte est un matériau naturel utilisé pour la fabrication de matériaux d'isolation thermo-acoustique, notamment pour sa résistance aux parasites).

Quelles précautions prendre contre la condensation ?

Installez un pare-vapeur côté chauffé pour éviter les problèmes de condensation et de moisissures. Assurez-vous de sa pose continue et étanche.

Peut-on isoler un mur humide ?

Oui, mais il est essentiel de traiter d'abord les causes de l'humidité. Pour des murs restant humides, privilégiez des isolants capillaires qui permettent à l'humidité de les traverser sans les dégrader.

Quels sont les isolants à privilégier ou à éviter ?

La laine de verre avec une faible conductivité thermique est efficace pour une isolation intérieure mince.

Les isolants naturels offrent de bonnes performances thermiques et environnementales.

Évitez les isolants en polystyrène et polyuréthane en intérieur pour leur toxicité en cas d'incendie et leur faible isolation acoustique.

Considérez les « isolants » minces comme des compléments d'isolation.

Articles liés

Une chambre douillette et bien éclairée avec un lit confortable, des murs en briques apparentes et une fenêtre Velux qui laisse entrer une lumière naturelle abondante.
Isolation des combles : quelle est la meilleure solution ?
L’isolation des combles garantit un confort thermique optimal sous votre toit et dans toute la maison. Elle permet aussi de réaliser des économies d’énergie et de réduire la facture d'énergie. Sans isolation, 30 % de la chaleur s’envole par le toit. Quelle est la meilleure isolation pour les combles ? Comment isoler des combles ? Quels matériaux choisir ? Pour quel budget ? Suivez le guide !
Lire l'article complet
Jeune couple examinant des documents à un bureau éclairé par une fenêtre de toit VELUX
Isoler votre toiture par l'intérieur : le guide complet
Vous envisagez d'isoler votre toiture par l'intérieur pour gagner en confort et réaliser des économies d'énergie ? La méthode la plus simple et économique pour isoler les combles sous votre toiture se fait par l'isolation intérieure.
Lire l'article complet
Une fenêtre Velux intégrée dans un mur en briques rouges, avec des arbres verts visibles à l’arrière-plan.
Isoler sa toiture par l'extérieur : Quels matériaux ? Quelles techniques ?
Vous envisagez d'isoler votre toiture par l'intérieur pour gagner en confort et réaliser des économies d'énergie ? La méthode la plus simple et économique pour isoler les combles sous votre toiture se fait par l'isolation intérieure.
Lire l'article complet
DSC 6458.jpg
Comment améliorer le confort thermique de votre maison en hiver
Qu'est-ce que le confort thermique ? Et comment pouvez-vous protéger votre maison et économiser de l'énergie lorsque l'hiver arrive ?
Lire l'article complet
Installer de nouvelles fenêtres pour réaliser des économies d’énergie
Changer de fenêtres ou installer des fenêtres supplémentaires est l’occasion d’obtenir une maison plus efficace énergétiquement. On vous explique comment.
Lire l'article complet