Isolation des murs par l’intérieur : guide complet

XXL.tif
Améliorez le confort de votre maison et réduisez vos factures avec notre guide complet sur l'isolation des murs intérieurs. Techniques d’isolations, choix des matériaux, coûts, erreurs à éviter… Découvrez toutes les solutions pour rendre votre espace de vie sain et économique, et votre maison plus chaleureuse en hiver et fraîche en été !
Points clés
  1. Avantages de l'isolation intérieure

L'isolation intérieure améliore le confort thermique et acoustique, et permet de réaliser des économies sans altérer l'extérieur du bâtiment. Elle est idéale pour les rénovations où l'isolation externe n'est pas viable.

  2. Importance du choix et de la mise en œuvre de l'isolant

Sélectionner et installer correctement l'isolant est important pour maximiser l'efficacité thermique et minimiser les ponts thermiques.

 3. Coût et aides financières

L'investissement initial dans l'isolation intérieure est compensé par des économies d'énergie à long terme et peut être allégé par des aides financières.

Pourquoi isoler ses murs intérieurs ?

Une mauvaise isolation des murs intérieurs peut entraîner des problèmes considérables, qui compromettent le confort de votre foyer et engendrent des coûts élevés. C’est pourquoi leur isolation peut être une priorité.

  • Perte de confort : vous avez trop froid en hiver ou trop chaud en été ? Votre intérieur est humide ou infesté de moisissures ? Une mauvaise isolation intérieure cause des déperditions thermiques qui peuvent compromettre votre confort et la santé des habitants de la maison.
  • Augmentation des factures d’électricité : des murs mal isolés nécessitent une utilisation plus intensive du chauffage en hiver et de la climatisation en été, ce qui fait grimper vos factures d'énergie.
  • Une maison plus bruyante : l'absence d'isolation acoustique adéquate peut laisser filtrer les bruits extérieurs et perturber la tranquillité de votre espace de vie. Si les nuisances extérieures vous empêchent de vous concentrer sur une tâche ou de vous reposer, isoler vos murs intérieurs pourra être une bonne solution.
  • Un poids pour l’environnement : une isolation insuffisante conduit à une consommation énergétique excessive et contribue à l'augmentation des émissions de CO2 et s'éloignant des objectifs de développement durable.

Avantages et inconvénients de l'isolation par l'intérieur

L'isolation des murs par l'intérieur, bien qu'elle présente de nombreux avantages, comporte également quelques inconvénients à prendre en compte.

Avantages de l’isolation par l’intérieur

  • Confort thermique accru : l'isolation intérieure limite les transferts de chaleur. Elle maintient donc une température intérieure stable et offre un confort d’été et d’hiver.
  • Économies d'énergie : l'amélioration de l'efficacité énergétique du logement se traduit par une réduction significative des coûts de chauffage et de climatisation.
  • Rapidité de mise en oeuvre : comparée à l'isolation par l'extérieur, elle perturbe moins le quotidien des occupants et ne modifie pas l'aspect extérieur du bâtiment.
  • Solution pour la rénovation : l’isolation des murs par l’intérieur est particulièrement adaptée aux projets de rénovation où l'isolation par l'extérieur est impossible ou non souhaitée.

Inconvénients de l’isolation par l’intérieur

  • Réduction de l'espace habitable : selon l'épaisseur de l'isolant et du système choisi, l'isolation par l'intérieur peut empiéter sur l'espace de vie.
  • Risque de ponts thermiques : si la mise en œuvre n'est pas correctement planifiée et exécutée, des ponts thermiques peuvent apparaître et réduire l'efficacité de l'isolation.
  • Gestion de la vapeur d'eau : un pare vapeur ou une membrane spécifique doit souvent être installé pour gérer la vapeur d'eau et éviter les problèmes d'humidité.

Isolation par l’intérieur ou par l’extérieur : que choisir ?

Voici un tableau comparatif des principales différences entre l'isolation intérieure (ITI) et l'isolation extérieure (ITE) :

Critères
Isolation Intérieure (ITI)
Isolation Extérieure (ITE)
Performance hivernale

Ponts thermiques inévitables

Limitation efficace des ponts thermiques
Performance estivale
Faible (inertie des murs compromise)
Forte (conservation de l'inertie des murs)
Protection des murs
Mur côté froid = risques accrus
Mur côté chaud = meilleure protection
Impact pour les occupants
Nuisances pendant les travaux, perte de surface habitable
Occupation possible, perte de luminosité potentielle
Impact architectural
Façade extérieure inchangée, sans autorisation requise
Façade modifiée, autorisation d'urbanisme souvent requise
Prix
60-120€/m² (hors coûts supplémentaires)
Environ 150€/m² (incluant rénovation de façade)
À privilégier si…
Façade avec cachet, réhabilitation intérieure, contraintes budgétaires
Dans la plupart des autres cas

Comment isoler ses murs intérieurs : 5 techniques courantes

L'isolation des murs par l'intérieur se décline en plusieurs techniques, chacune adaptée à des situations spécifiques.

1. Isolation thermique par l'intérieur avec pose de panneaux isolants

Cette méthode pour isoler les murs est l'une des plus répandues.

Elle implique la mise en place d'une ossature métallique ou en bois, sur laquelle on fixe des panneaux isolants (laine de verre, laine de roche, laine de bois, ouate de cellulose, etc.), suivie d'une plaque de plâtre.

L’isolation sous ossature métallique est particulièrement appréciée car elle offre une bonne résistance thermique sans trop empiéter sur l'espace habitable.

Ce système est une solution d'isolation des murs sous ossature métallique qui offre flexibilité dans le choix des matériaux, adaptabilité et rapidité de pose.

Le point fort de ce système repose sur la présence de rupteurs de ponts thermiques qui permettent un ajustement précis du doublage et donc de meilleures performances thermo-acoustiques.

2. Isolation thermique avec doublage collé

L’isolation avec doublage collé consiste à fixer au mur un ensemble composite formé d'une plaque de plâtre et d'isolant, le tout collé avec un mortier adhésif.

Le doublage collé est particulièrement apprécié pour :

  • sa rapidité de mise en oeuvre,
  • et pour les projets de rénovation où l'espace est limité, car il empiète peu sur l'espace habitable.

Le doublage collé est recommandé pour des murs d'une grande planéité. Il permet une finition lisse prête à peindre ou à décorer.

3. Isolation thermique avec lame d'air

L'isolation avec lame d'air est une méthode qui tire parti d'un espace vide, ou lame d'air, ménagé entre le mur et l'isolant.

Cette technique implique la création d'une lame d'air d'au moins 2 cm. Pour cela, on fixe des tasseaux sur le mur, puis on applique l'isolant sur les tasseaux.

La présence de cette lame d'air facilite la circulation de l'air et permet à l'humidité de s'évaporer. Une technique particulièrement bénéfique pour les murs exposés à l'humidité ou ayant tendance à absorber l'eau.

En résumé, la méthode d'isolation avec lame d'air renforce l'efficacité thermique du bâtiment et crée une ventilation naturelle et continue de l'espace confiné.

4. Isolation thermique en vrac

La technique d'isolation en vrac consiste à insuffler ou épandre un isolant en vrac (ouate de cellulose, fibre de bois…).

Cette méthode est particulièrement adaptée pour les murs qui présentent des irrégularités ou un grand nombre de ponts thermiques. Elle permet, en effet, d’atteindre les recoins difficiles d'accès et ainsi d’améliorer l'étanchéité à l'air.

Ce type d'isolation réduit les effets indésirables de la chaleur, ainsi que les besoins en chauffage et en climatisation. Il améliore donc le comportement thermique et les performances énergétiques globales du logement, notamment le confort d'été.

5. Isolation thermique avec des produits biosourcés

L'isolation avec des produits biosourcés, comme la laine de bois, représente une solution écologiquement responsable et efficace pour améliorer les performances d'isolation des murs de votre appartement ou logement.

Cette méthode, en plus de son faible impact environnemental, offre un effet notable sur le confort intérieur, grâce à sa capacité à réguler naturellement l'humidité.

Importance d'un travail de qualité pour l'isolation des murs intérieurs

L'isolation des murs intérieurs requiert un savoir-faire spécifique pour garantir l'efficacité énergétique et le confort thermique et acoustique de votre domicile.

Il est recommandé de confier ces travaux à un professionnel qualifié, idéalement certifié Reconnu Garant de l'Environnement (RGE), pour bénéficier d'une expertise dans :

  • La réduction des pertes thermiques au niveau des points de contact avec les ouvertures, le sol et les plafonds.
  • L'isolation efficace des parties du mur qui sont difficiles d'accès.
  • La gestion et la prévention des problèmes liés à l'humidité.
  • L'intégration d'une ventilation adéquate pour maintenir une qualité d'air saine

Conseils pratiques avant de commencer les travaux d'isolation

Il est conseillé de réaliser un diagnostic énergétique pour identifier les besoins spécifiques de votre habitat et choisir la solution d'isolation la plus adaptée.

Prêtez aussi attention aux ponts thermiques. Ce sont des zones où l'isolation est interrompue, par exemple autour des fenêtres, des balcons ou des murs de refend, qui segmentent l'isolation d'une façade en continu.

Après l'installation de l'isolation, n'oubliez pas de considérer la ventilation de votre domicile. Une bonne ventilation est essentielle pour éviter la condensation et les problèmes d'humidité qui pourraient survenir suite à l'isolation de vos murs.

Emma's bright bathroom renovation

La ventilation de votre logement est essentielle pour limiter les problèmes d'humidité dans vos murs.

Emma's bright bathroom renovation

Le saviez-vous ?

Vous pouvez contrôler la ventilation de votre maison ou appartement directement depuis votre smartphone.

Avec le système de pilotage à distance VELUX App Control, ouvrez et fermez vos fenêtres de toit, stores et volets, d'une simple pression sur votre mobile.

Le truc en plus : vous pouvez partager votre VELUX App Control avec tous les membres de votre maison pour contrôler vos fenêtres depuis chez vous, ou à distance.

Découvrir le VELUX App Control

Étapes clés d'un projet d'isolation thermique par l'intérieur (ITI)

Étape n°1 : préparation des surfaces murales

Avant de débuter l'isolation, une phase préparatoire est essentielle.

Nettoyez soigneusement les murs de manière à ce les débarrasser de tout revêtement existant, comme le papier peint.

Vérifiez aussi l'étanchéité, en particulier autour des ouvertures (fenêtres, fenêtres de toit, puits de lumière, portes…) pour prévenir toute infiltration d'air.

Étape n°2 : exécution des travaux

L'installation de l'isolation dépend de la technique choisie.

Pour une isolation avec doublage collé, le processus est direct et rapide : il consiste à fixer des panneaux isolants directement sur les murs.

L'approche sous ossature métallique demande plus de précision et de technique : elle nécessite la mise en place d'une structure porteuse, l'application d'une membrane d'étanchéité, puis l'installation uniforme des panneaux isolants.

Étape n°3 : réception des travaux

La remise du procès-verbal (PV) de réception signale la fin du chantier. Il récapitule les vérifications essentielles effectuées avec l'entrepreneur.

Examinez attentivement ce document lors de sa réception ! La signature de ce PV signifie votre accord sur la réalisation des travaux, avec ou sans réserves émises.

Dans le cas où des réserves sont notées, l'entreprise est tenue de corriger les défauts dans un délai convenu. Un PV de levée des réserves est ensuite établi une fois les ajustements faits.

La date inscrite sur le PV de réception est importante car elle marque le début des garanties légales et des assurances associées, comme la garantie de parfait achèvement, la garantie biennale, et la garantie décennale.

Pour un contrôle exhaustif lors de la réception, vous pouvez utiliser la checklist de France Rénov’, qui couvre tous les aspects du chantier d’isolation, de la conformité de l'isolant au nettoyage post-chantier.

Ce guide pratique vous assure de n’omettre aucun détail important lors de l'inspection finale.

Comment isoler un mur intérieur existant sans travaux lourds ?

Voici 5 méthodes pour isoler un mur intérieur sans engager de grands travaux de rénovation :

  1. Isolation avec des panneaux isolants rigides ou semi-rigides : des panneaux en polystyrène, polyuréthane, ou laine de roche peuvent être collés directement sur les murs existants. Simple et rapide à mettre en œuvre, cette méthode permet d'ajouter une couche d'isolation sans trop empiéter sur l'espace habitable.
  2. Pose de doublage isolant : le doublage isolant consiste à fixer sur le mur un ensemble composé d'une plaque de plâtre et d'un isolant (comme la laine de verre ou la laine de roche). Cette technique, souvent appelée « contre-cloison », améliore l'isolation thermique et acoustique du mur.
  3. Utilisation de revêtements muraux isolants : certains revêtements muraux innovants intègrent une couche isolante. Ces revêtements peuvent être appliqués directement sur le mur existant, offrant une solution d'isolation discrète et esthétique.
  4. Injection de mousse isolante : pour les murs creux, l'injection de mousse isolante (comme la mousse polyuréthane) dans l'espace vide entre les deux parois du mur peut être une option efficace. Cette technique nécessite de percer de petits trous dans le mur, mais elle est moins invasive que d'autres méthodes de rénovation lourde.
  5. Utilisation de rideaux thermiques et de films isolants pour fenêtres : bien que cette méthode n'isole pas directement le mur, l'ajout de rideaux thermiques et de films isolants sur les fenêtres peut réduire les transferts thermiques et compléter ainsi l'isolation des murs.

5 astuces pour isoler un mur par l'intérieur sans perdre de place

  1. Évaluez l'espace disponible : avant de commencer, mesurez précisément l'espace disponible et planifiez en conséquence pour minimiser l'impact sur l'espace habitable.

  2. Adaptez les ouvertures : prenez en compte l'impact potentiel de l’isolation de vos murs sur les fenêtres et portes. L'ajout d'isolant peut modifier la profondeur des embrasures et affecter l'esthétique et l'usage de ces espaces.

    Des ajustements précis permettent de préserver la fonctionnalité des ouvertures sans empiéter sur l'espace de vie ou gêner l'utilisation quotidienne de la pièce.

  3. Optimisez l'installation électrique et la plomberie : envisagez l'intégration de gaines et conduits isolants pour les installations électriques et de plomberie avant de poser l'isolant.

    Cela vous permettra de maintenir l'accessibilité et la sécurité des installations tout en évitant les ponts thermiques et acoustiques potentiels.

  4. Utilisez des matériaux isolants à haute performance : les matériaux isolants à haute performance (panneaux en polyuréthane, laine de roche ou isolants réflectifs), offrent une excellente isolation thermique tout en étant extrêmement fins.

    Ces matériaux peuvent réduire les déperditions de chaleur avec seulement quelques centimètres d'épaisseur, ce qui est idéal pour les projets de rénovation où l'espace est limité.

  5. Employez la technique du doublage collé : le doublage collé est une technique qui consiste à fixer un isolant mince directement sur le mur existant, puis à le recouvrir d'une plaque de plâtre.

    Cette méthode a 3 avantages majeurs :

    1. Elle crée une barrière thermique continue qui limite les ponts thermiques souvent présents dans les constructions anciennes.
    2. Elle permet de conserver l'espace intérieur.
    3. Les plaques de plâtre peuvent être peintes, enduites ou tapissées pour s'intégrer parfaitement à la décoration existante.

Comment choisir ses matériaux isolants : les 5 critères essentiels

Critère n°1 : performance thermique et acoustique

La capacité d'un isolant à retenir la chaleur et à réduire les nuisances sonores varie selon le matériau.

La laine de verre et la laine de roche, par exemple, offrent un bon équilibre entre isolation thermique et acoustique à un coût abordable. Ces matériaux représentent une bonne solution pour les zones urbaines bruyantes ou les maisons soumises à de fortes variations de température.

Les matériaux biosourcés, comme la laine de bois et la ouate de cellulose sont plus onéreux, mais brillent par leurs performances thermiques et leur faible impact écologique.

Bon à savoir : l'épaisseur de l'isolant joue un rôle majeur dans l'efficacité d'isolation des murs intérieurs. Choisissez une épaisseur qui permette d'atteindre la résistance thermique désirée, en tenant compte des conditions climatiques de votre région et des spécificités de votre bâtiment (poursuivez votre lecture pour voir les tableaux comparatifs, plus bas dans cet article).

Critère n°2 : le coût

Les matériaux traditionnels comme la laine de verre ou la laine de roche sont généralement plus économiques, tandis que les solutions écologiques comme la fibre de bois peuvent représenter un investissement initial plus important.

Ce coût de départ est compensé par des bénéfices à long terme en termes d'économies d'énergie et de durabilité.

Critère n°3 : la durabilité

La longévité de l'isolant est importante pour assurer une isolation efficace sur le long terme.

Des matériaux comme la laine de roche et le polyuréthane présentent une excellente durabilité et résistent bien à l'humidité. garantissant ainsi une performance constante au fil des années.

Critère n°4 : la facilité d'installation

Privilégiez les matériaux faciles à découper et à poser, ce qui réduit le temps de travail et les coûts associés.

  • Panneaux isolants rigides : les panneaux en polystyrène expansé (EPS), extrudé (XPS), en polyuréthane (PUR) ou polyisocyanurate (PIR), sont légers, faciles à découper sur mesure avec un simple cutter et peuvent être rapidement fixés aux murs avec de la colle ou des fixations mécaniques. Leur manipulation aisée réduit le temps d'installation et les déchets sur le chantier.
  • Laine de verre ou laine de roche en rouleaux : ces matériaux sont flexibles et peuvent être facilement découpés pour s'adapter aux différentes configurations de murs. Ils sont particulièrement pratiques pour isoler des espaces avec de nombreuses irrégularités ou des obstacles, comme des tuyaux ou des câbles.
  • Isolants en spray : la mousse de polyuréthane projetée s'adapte à toutes les formes et offre une excellente étanchéité à l'air. Bien que l'application nécessite un équipement spécifique, cette méthode couvre rapidement de grandes surfaces et remplit efficacement les interstices, réduisant ainsi le temps d'installation par rapport aux méthodes traditionnelles.
  • Isolants minces réflecteurs : ces produits sont composés de plusieurs couches de matériaux, dont une ou plusieurs couches réfléchissantes qui renvoient le rayonnement thermique. Leur faible épaisseur et leur légèreté facilitent la découpe et la pose, même dans des espaces restreints.

Critère n°5 : l'ordre d'isolation en fonction des pertes de chaleur

Priorisez les zones de votre maison qui bénéficieront le plus de l'isolation.

Typiquement, les combles perdent le plus de chaleur (environ 30 % de la chaleur de votre maison, selon l’ADEME), suivis de près par les murs et les fenêtr

En isolant d'abord les zones les plus critiques, vous maximisez l'efficacité énergétique de votre maison et obtiendrez un meilleur retour sur investissement.

Autre critère important : l’impact de l'isolation des combles sur l'isolation des murs

L'isolation des combles peut avoir un effet significatif sur la température globale de votre maison, réduisant ainsi la charge sur vos murs intérieurs.

Une maison bien isolée au niveau du toit nécessitera moins d'isolation murale pour maintenir une température intérieure stable (en plus de permettre des économies sur les matériaux et la mise en œuvre !).

Pour en savoir plus sur l’isolation de la toiture, lisez nos deux articles dédiés :

Comparatif des isolants les plus utilisés dans l’isolation de murs intérieurs

Le choix de l'isolant dépend de l'équilibre souhaité entre performance thermique et acoustique, coût, et durabilité, ainsi que des spécificités de votre projet et de vos préférences personnelles en matière d'écologie et de santé.

Isolant
Performance
Coût
Durabilité
Laine de verre
Bonne isolation thermique et acoustique, résistance moyenne au feu
Économique, bon rapport qualité-prix
Durée de vie moyenne, peut s'affaisser ou perdre efficacité si humide
Laine de roche
Très bonne isolation thermique et acoustique, excellente résistance au feu
Légèrement plus cher que la laine de verre, abordable
Très durable, résiste bien à l'humidité, ne se tasse pas
Polystyrène expansé (EPS)
Bonne isolation thermique, moins efficace pour l'isolation acoustique, résistance au feu inférieure
Très économique, pour budgets serrés
Raisonnable, peut être endommagé par certains produits chimiques
Polyuréthane / Polyisocyanurate (PUR / PIR)
Excellente isolation thermique, performance acoustique modérée, bonne résistance au feu pour le PIR
Plus cher, justifié par meilleure performance thermique
Très durable, résiste bien à l'humidité, ne se dégrade pas facilement
Fibre de bois
Bonne isolation thermique et très bonne isolation acoustique, régulation de l'humidité
Plus cher, écologique et durable
Très durable, écologique, la fibre de bois offre une bonne régulation de l'humidité
Ouate de cellulose
Très bonne isolation thermique et acoustique, bonne résistance au feu avec traitements
Modéré, comparable à la laine de roche
Bonne, peut se tasser légèrement au fil du temps

Comment calculer la performance d'un isolant ?

La performance d'un isolant se détermine par sa résistance à la transmission de la chaleur à travers une surface.

La résistance thermique se calcule par la formule R = e/λ, où :

  • « R » est exprimée en mètres carrés degré Celsius par watt (m².°C/W),
  • « e » représente l'épaisseur de l'isolant en mètres (m),
  • « λ » sa conductivité thermique en watts par mètre par degré Celsius (W/(m.°C)).

L'épaisseur pour une résistance thermique visée se calcule ainsi :

É𝑝𝑎𝑖𝑠𝑠𝑒𝑢𝑟 𝑟𝑒𝑞𝑢𝑖𝑠𝑒 (𝑐𝑚)=(𝑅×𝜆)×100

Par exemple, pour une résistance thermique de R = 5 m².°C/W, l'épaisseur nécessaire pour différents matériaux serait :

Matériau
Conductivité Thermique λ (W/(m.°C))
Épaisseur Requise (cm)
Laine de verre
0.040
12.5
Laine de mouton
0.035
14.3
Laine de bois
0.038
13.2
Ouate de cellulose
0.039
12.8
Laine de roche
0.045
11.1
Polyuréthane
0.034
14.7
Polystyrène extrudé
0.040
12.5
Polystyrène expansé
0.0405
12.3

Erreurs à éviter lors de l'isolation des murs intérieurs

Voici 3 erreurs courantes à éviter pour garantir l'efficacité de l'isolation intérieure des murs.

1. Choisir un matériau isolant inadapté

Sélectionner un isolant uniquement sur la base du coût sans considérer ses performances et sa compatibilité avec le type de mur peut compromettre l'efficacité de l'isolation.

Polystyrène, laine de bois, laine de verre, et tous les autres isolants possèdent leurs propres caractéristiques pour isoler les murs, y compris un mur de refend. Étudiez-les donc attentivement pour choisir le matériau qui correspond le mieux à vos besoins.

2. Négliger l'étanchéité à l'air

Négliger l'étanchéité à l'air dans le processus d'isolation des murs peut gravement compromettre l'efficacité globale de l'isolation.

Une mauvaise étanchéité augmente les déperditions énergétiques et favorise le risque de condensation au sein du logement.

Lors de l'installation d'isolants sous ossature métallique, un procédé couramment employé pour isoler les murs par l'intérieur, il faut assurer une parfaite étanchéité à l'air autour de l'ossature et aux jonctions des panneaux isolants.

L’application de bandes d'étanchéité ou l’utilisation de mousses expansives permettent de combler les interstices et d’empêcher la circulation de l'air à travers le mur.

3. Manquer de préparation avant l'installation de l'isolant

Une surface murale non préparée ou des irrégularités non traitées peuvent créer des vides d'air qui réduisent la performance de l'isolation.

Bon à savoir

Pour une isolation efficace des murs intérieurs, ne négligez pas l'importance de la qualité et de la performance des ouvertures de votre maison.

Des fenêtres modernes réduisent les pertes de chaleur, maximisent l'entrée de lumière naturelle, assurent une ventilation efficace, et sont plus respectueuses de l’environnement.

Découvrir les fenêtres de toit VELUX

Coût de l'isolation des murs par l'intérieur

Selon l’ADEME, l’isolation par l’intérieur coûte entre 18 et 112 € du m2 avec un prix médian de 55 € du m2.

Ce prix inclut les éventuels coûts supplémentaires liés aux travaux de rénovation esthétique ou la mise à jour de l'installation électrique.

À titre de comparaison, le prix médian de l’isolation par l’extérieur atteint 148 €/m .

Comment calculer votre budget ? Celui-ci varie en fonction de plusieurs facteurs :

  • Le type d'isolant choisi : les matériaux isolants varient en termes de prix, performance et durabilité. Par exemple, des isolants biosourcés comme la laine de bois peuvent coûter plus cher que des options traditionnelles comme la laine de verre ou la laine de roche, mais offrent souvent une meilleure régulation de l'humidité et un meilleur bilan écologique.
  • L'épaisseur de l’isolant : un isolant plus épais et performant entraîne généralement un coût plus élevé. Toutefois, cet investissement initial peut se révéler rentable grâce aux économies d'énergie à long terme qui réduisent vos factures de chauffage et de climatisation.
  • La superficie des murs à isoler : plus la surface à isoler est grande, plus le montant des matériaux nécessaires est important.
  • Les particularités de votre habitation : la présence de caractéristiques spécifiques (comme des murs aux formes irrégulières, des contraintes architecturales, ou la nécessité de préserver des éléments patrimoniaux) peut complexifier l'installation de l'isolant et augmenter les coûts.
  • Le tarif de la main-d'œuvre : le coût de l'installation dépend de la complexité des travaux et de la région où vous vous situez. Engager un professionnel certifié peut représenter un coût initial plus élevé mais garantit la qualité de l'installation et optimise les performances énergétiques de l'isolation.

Isolation murs intérieurs : aides financières et subventions

De nombreuses aides financières sont disponibles pour alléger le coût de l'isolation intérieure des murs. Voici les principales aides de l'État et subventions disponibles en 2024 :

Pour tout savoir de ces aides et vous renseigner sur les critères spécifiques d'éligibilité et les démarches à suivre, lisez notre dossier complet dédié aux aides de l’État pour rénover votre maison : Des aides financières pour rénover sa maison.

Dispositif
Objectif
MaPrimeRénov'

Une subvention qui vise à soutenir les propriétaires dans l'amélioration de l'efficacité énergétique de leurs logements, adaptable à divers projets de rénovation.

Cette prime peut aller jusqu'à 25 €/m² selon votre situation financière

MaPrimeRénov’ Parcours accompagné
Offre un soutien supplémentaire pour les propriétaires qui entreprennent des projets de rénovation ayant pour but d’assurer des économies d'énergie significatives.
MaPrimeRénov’ Copropriété
Conçu spécifiquement pour les propriétés en copropriété, ce dispositif facilite la rénovation des parties communes pour améliorer l'efficacité énergétique.
Le taux de TVA réduit à 5,5 % ou 10 %

Des taux de TVA réduits pour les travaux de rénovation encouragent les propriétaires à investir dans des améliorations de l'efficacité énergétique.

La TVA réduite à 5,5 % s’applique notamment si vous voulez changer vos fenêtres.

L’éco-prêt à taux zéro (éco-PTZ)

Un prêt sans intérêt disponible pour les propriétaires pour des travaux de rénovation énergétique, rendant ainsi le financement plus accessible.

Ce prêt vous donne la possibilité d'emprunter jusqu'à 50 000€ pour des travaux engendrant au moins 35 % de gain énergétique

Les aides des fournisseurs d’énergie (Certificats d'Économies d'Énergie, dits « CEE »)

Des incitations offertes par les fournisseurs d'énergie dans le cadre du dispositif CEE pour récompenser les mesures d'économie d'énergie.

Elle offre jusqu'à 11€/m² en fonction de vos revenus pour l'isolation de vos murs

Les aides des collectivités locales et régionales
Un soutien financier des autorités locales et régionales pour les projets de rénovation énergétique.
Le chèque énergie
Une aide gouvernementale pour aider les ménages à faibles revenus à payer leurs factures d'énergie et financer des rénovations énergétiquement efficaces.

Autres rénovations énergétiques à considérer en parallèle

En complément de l'isolation des murs intérieurs, envisagez d'autres rénovations énergétiques pour améliorer l'efficacité globale de votre habitation et maximiser les économies d'énergie :

  • Isolation des combles : les combles non isolés peuvent être responsables d'une grande partie des pertes de chaleur dans une maison. Leur isolation est donc primordiale pour réduire votre consommation d'énergie et augmenter le confort thermique.
  • Remplacement des fenêtres : opter pour des fenêtres à double ou triple vitrage peut considérablement améliorer l'isolation thermique et acoustique de votre habitat. Ce changement contribue à diminuer les déperditions de chaleur et à réduire les coûts de chauffage.
  • Installation d'un système de chauffage plus efficace : remplacer un ancien système de chauffage par une solution plus moderne et plus économe en énergie (pompe à chaleur, chaudière à condensation, etc.) peut grandement réduire votre facture énergétique.
  • l'humidité excédentaire. Une VMC peut aider à contrôler le flux d'air dans votre maison et ainsi compléter l'isolation.
  • Installation de panneaux solaires : pour réduire davantage votre dépendance aux énergies fossiles et diminuer vos factures d'électricité, l'installation de panneaux solaires photovoltaïques sur le toit de votre maison est une option durable.
Vous envisagez de remplacer votre fenêtre ? En savoir plus

Conclusion

L'isolation des murs par l'intérieur représente une étape clé vers l'amélioration de l'efficacité énergétique et du confort d'un logement.

En prenant en compte les avantages, les inconvénients, et en évitant les erreurs courantes, vous pouvez réaliser des rénovations réussies qui se traduisent par des économies substantielles et un impact environnemental réduit.

Grâce aux nombreuses aides disponibles, cet investissement devient aussi plus accessible.

Auteur

L'équipe éditoriale VELUX

Publié

mai 1, 2024

Partager

FAQ : questions fréquentes

Quel est le meilleur isolant pour murs intérieurs ?

Le « meilleur » isolant pour murs intérieurs dépend de vos besoins spécifiques en termes de performance thermique, acoustique, de durabilité, et de budget.

Les matériaux comme le polyuréthane, la laine de roche, et la ouate de cellulose sont souvent recommandés pour leur excellentes performances thermiques et leur capacité à s'adapter à diverses conditions d'installation.

Comment isoler un mur intérieur déjà existant ?

Isoler un mur intérieur existant peut se faire par :

  • L'ajout de panneaux isolants rigides ou semi-rigides collés directement sur le mur,
  • La mise en place d'une contre-cloison avec un isolant entre le mur existant et une nouvelle paroi en plaques de plâtre,
  • L'injection de matériaux isolants dans les cavités murales pour les constructions à double paroi.

Quelle épaisseur d'isolation pour les murs intérieurs ?

L'épaisseur d'isolation requise dépend de la conductivité thermique de l'isolant choisi et des objectifs d'efficacité énergétique visés.

Typiquement, une épaisseur allant de 10 à 20 cm peut être nécessaire pour atteindre une performance énergétique optimale, mais cela varie en fonction du matériau.

Comment faire une isolation des murs par l'intérieur ?

Pour isoler un mur par l'intérieur, commencez par choisir un isolant adapté à vos besoins.

Ensuite, installez l'isolant soit en fixant des panneaux isolants directement sur le mur, soit en créant une contre-cloison qui accueillera l'isolant.

Veillez à traiter les ponts thermiques et à assurer une bonne étanchéité à l'air pour maximiser l'efficacité de l'isolation des murs.

Faut-il obtenir un permis de construire ou effectuer une déclaration préalable pour l'isolation intérieure ?

Non, à l'inverse des travaux d'isolation thermique par l'extérieur (ITE) qui peuvent modifier l'apparence extérieure de la construction (comme l'ajout d'un bardage), l'isolation des murs par l'intérieur ne requiert généralement aucune formalité administrative de type déclaration préalable ou permis de construire.

Comment gérer l'humidité dans l'isolation des murs intérieurs ?

Utiliser des membranes ou des films pare vapeur peut aider à contrôler le passage de l'humidité. Ils évitent son accumulation dans l'isolant ou le mur.

Il est également important d'assurer une bonne ventilation intérieure pour évacuer l'humidité ambiante.

Comment choisir entre isolation par l'intérieur (ITI) et par l'extérieur (ITE) en fonction du climat ?

  • Climats tempérés : dans les zones au climat tempéré, le choix entre ITI et ITE peut dépendre de facteurs comme l'esthétique du bâtiment, les contraintes budgétaires et les objectifs spécifiques de rénovation énergétique.
  • Climats froids : dans les régions sujettes à des hivers rigoureux, l'ITE est souvent privilégiée pour sa capacité à réduire les ponts thermiques et à mieux conserver la chaleur à l'intérieur.
  • Climats chauds : l'ITE est avantageuse dans les climats chauds pour sa capacité à préserver l'inertie thermique des murs qui réduisent les surchauffes internes durant les périodes chaudes. Cependant, une ITI bien conçue avec des matériaux isolants réfléchissants peut également contribuer à maintenir la fraîcheur.

Quelles solutions d’isolation intérieure pour les bâtiments classés ?

Pour les bâtiments classés ou ceux ayant une valeur patrimoniale, l'isolation des murs par l’intérieur est souvent la méthode privilégiée pour préserver l'aspect extérieur du bâti.

Des matériaux et techniques spécifiques peuvent être employés pour minimiser l'impact sur les éléments architecturaux intérieurs tout en améliorant l'efficacité énergétique.

Pour certains bâtiments, des solutions hybrides ou des techniques d'isolation spéciales peuvent être envisagées, comme l'utilisation de matériaux isolants minces ou la mise en œuvre d'isolants biosourcés qui offrent aux murs une performance thermique et une perméabilité à la vapeur d'eau adaptées aux exigences des structures anciennes.

Il est conseillé de prendre contact avec des experts en rénovation de bâtiments historiques pour s'assurer que les interventions respectent les normes de conservation et les réglementations locales, tout en atteignant les objectifs d'efficacité énergétique.

Articles liés

Salon lumineux sous les combles avec un canapé d'angle blanc, des plantes vertes, et plusieurs fenêtres de toit offrant une vue sur les bâtiments voisins.
Isolation thermique des sols : quelles solutions en rénovation ?
Vous marchez sur un plancher glacé en hiver et vos factures de chauffage flambent ? Une solution : isoler le sol de votre maison. Ces travaux de rénovation améliorent votre confort et réduisent vos dépenses d'énergie. Quelle isolation choisir pour votre type de plancher ? Pour quel budget ? Pourquoi et comment choisir un professionnel de confiance ? Toutes les réponses dans cet article !
Lire l'article complet
Jeune couple examinant des documents à un bureau éclairé par une fenêtre de toit VELUX
Isoler votre toiture par l'intérieur : le guide complet
Vous envisagez d'isoler votre toiture par l'intérieur pour gagner en confort et réaliser des économies d'énergie ? La méthode la plus simple et économique pour isoler les combles sous votre toiture se fait par l'isolation intérieure.
Lire l'article complet
Une fenêtre Velux intégrée dans un mur en briques rouges, avec des arbres verts visibles à l’arrière-plan.
Isoler sa toiture par l'extérieur : Quels matériaux ? Quelles techniques ?
Vous envisagez d'isoler votre toiture par l'intérieur pour gagner en confort et réaliser des économies d'énergie ? La méthode la plus simple et économique pour isoler les combles sous votre toiture se fait par l'isolation intérieure.
Lire l'article complet
Une chambre douillette et bien éclairée avec un lit confortable, des murs en briques apparentes et une fenêtre Velux qui laisse entrer une lumière naturelle abondante.
Isolation des combles : quelle est la meilleure solution ?
L’isolation des combles garantit un confort thermique optimal sous votre toit et dans toute la maison. Elle permet aussi de réaliser des économies d’énergie et de réduire la facture d'énergie. Sans isolation, 30 % de la chaleur s’envole par le toit. Quelle est la meilleure isolation pour les combles ? Comment isoler des combles ? Quels matériaux choisir ? Pour quel budget ? Suivez le guide !
Lire l'article complet
DSC 6458.jpg
Comment améliorer le confort thermique de votre maison en hiver
Qu'est-ce que le confort thermique ? Et comment pouvez-vous protéger votre maison et économiser de l'énergie lorsque l'hiver arrive ?
Lire l'article complet