Précarité énergétique : une tendance alarmante

Manger ou se chauffer ? Tel est le dilemme auquel sont confrontés 49 millions d’Européens à chaque nouvelle journée de froid. Et les conséquences sont lourdes : les personnes en situation de précarité énergétique sont deux fois plus nombreuses à souffrir de problèmes de santé.

Dans le présent rapport, « précarité énergétique » s’entend comme l’incapacité d’une personne à chauffer convenablement son logement. Sont notamment en cause la hausse des prix de l’énergie, la faiblesse des revenus et l’inefficacité énergétique des bâtiments.

Cette nouvelle édition du Baromètre de l’Habitat Sain met en lumière la corrélation entre précarité économique et précarité énergétique. Une cartographie du paysage économique européen montre qu’un Européen sur trois a des fins de mois difficiles et que plus d’un sur deux vit dans un logement mal chauffé. Ils sont 45 % à sciemment baisser leur chauffage pour réaliser des économies d’énergie3.


Risques sanitaires associés à l’exposition au froid

Ces personnes vivent non seulement dans le froid, mais aussi dans des logements insalubres. La probabilité de vivre dans un logement humide et insalubre est près de trois fois plus grande pour les Européens vivant en situation de précarité énergétique. Or, le manque de chauffage nuit aussi considérablement à la santé. Les Européens qui ne parviennent pas à chauffer leur logement en hiver sont deux fois plus nombreux à se déclarer en mauvaise santé.


3 Baromètre de l’Habitat Sain (2016)

Lorsque les occupants ne sont pas en capacité de chauffer suffisamment leur logement en hiver :


Ils sont deux fois plus nombreux à se plaindre de problèmes de santé


Ils sont deux fois plus nombreux à déplorer un manque de luminosité naturelle


Ils sont près de trois fois plus nombreux à souffrir de l’humidité